Fous crient au secours (Les)
Fous crient au secours (Les)
Témoignage d'un ex-patient de Saint-Jean-de-Dieu
Pagé, Jean-Charles  
  • Éditeur : Écosociété
  • Collection : Retrouvailles
  • EAN : 9782897194321
  • Code Dimedia : 000179468
  • Format : Broché
  • Thème(s) : SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Sciences humaines - Divers
  • Pages : 128
  • Prix : 20,00 $
  • En librairie le 6 novembre 2018
  • Plus d'informations...
EAN: 9782897194321

Printemps 1960. Jean-Claude Pagé se réveille un matin à l’hôpital avec un mal de tête carabiné. « Les idées incohérentes s’entrechoquent. J’essaie d’ouvrir les yeux, mais je les referme aussitôt. Ma tête semble un cerveau électronique dont un court-circuit a fait sauter les fusibles. Je veux reprendre le contact avec le réel. J’en suis incapable. Une à une les bougies s’allument. »

Admis officiellement à l’« asile des fous » en raison de son alcoolisme, ce vendeur d’assurance de 28 ans passera plusieurs mois à Saint-Jean-de-Dieu (aujourd’hui Louis-Hippolyte-La Fontaine). Durant son séjour, il expérimente la difficile condition de « malade mental »: camisole de force, interdiction de sorties, forte médication, horaires stricts, travail forcé... Révolté par le traitement réservé à ses pairs et l’univers concentrationnaire qu’il découvre, il refuse de se taire et, à sa sortie de l’hôpital, il décide de devenir le porte-parole des « hommes sans voix » en publiant Les fous crient au secours! aux Éditions du Jour, en 1961.

Le témoignage de Jean-Charles Pagé et la postface du docteur Camille Laurin qui l’accompagne auront un grand retentissement dans le Québec du début de la Révolution tranquille. Le Dr Laurin, alors doyen de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, y fait un vibrant plaidoyer pour une modernisation de la psychiatrie et du traitement des malades mentaux, ainsi que pour la laïcisation des hôpitaux psychiatriques (administrés à l’époque par les communautés religieuses). L’année suivante, une commission d’enquête menée ar les psychiatres Dominique Bédard, Denis Lazure et Charles A. Roberts met en lumière les conditions de vie des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et dénonce les limites du modèle asilaire. Leur rapport pavera la voie à ce qu’on a appelé la « désinstitutionnalisation », c’est-à-dire à une réorganisation du système de soins privilégiant le retour des personnes hospitalisées dans la communauté et la non-hospitalisation des personnes diagnostiquées.

Cet ouvrage, d’une importance capitale pour l’histoire de la psychiatrie au Québec, est réédité ici pour la première fois depuis 1961. Le texte original de Jean-Charles Pagé est précédé d’une préface d’Anaïs Dupin et Jérémie Dhavernas et accompagné d’un appareil de notes critiques qui nous permettent de contextualiser son propos. Le collectif pour la défense des droits en santé mentale de Montréal, Accès Autonomie, signe une nouvelle postface, en plus de celle du Dr Laurin qui s’y trouve déjà. Près de soixante ans après l’expérience traumatisante de Jean-Charles Pagé, le traitement réservé aux malades mentaux s’est-il vraiment amélioré? La désinstitutionnalisation a-telle tenu ses promesses? Notre approche de la folie et la régulation sociale qui en découle ont-elles évolué dans un sens plus humain? Il est temps de démystifier la maladie mentale et de lancer une réflexion sur l’état actuel de la psychiatrie.

AUTEUR(S)

Jérémie Dhavernas est chargé de projet en défense des droits et santé mentale, responsable des communications et adjoint à la coordination Action-Gardien, la Table de concertation communautaire de Pointe-Saint-Charles.

Née à Marseille, Anaïs Airelle est aide-soignante. Elle est l’auteure de Pourquoi j’meurs tout le temps ? (Écosociété, 2009)




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.