Lune est clair (La)
Lune est clair (La)
Légion étrangère au combat (La), 2008-2018
Collectif  
Sureau, François (Préface de) 
  • Éditeur : Belles Lettres (Les)
  • Collection : Hors-collection
  • EAN : 9782251451244
  • Code Dimedia : 000210730
  • Format : Broché
  • Pages : 340
  • Prix : 39,95 $
  • En librairie le 18 août 2020
  • Plus d'informations...
EAN: 9782251451244

Ils sont neuf officiers supérieurs de la Légion étrangère à avoir pris la plume pour raconter la dernière décennie de combat de cette unité de légende. Pour la première fois, le lecteur accompagne les hommes au képi blanc en Afghanistan, en Guyane, en République de Centre Afrique, au Mali.
 
« Monsieur légionnaire », était partout où la France a décidé de se battre. De l’entraînement aux combats les plus âpres, c’est le quotidien de ces hommes venus du monde entier pour servir une autre patrie que la leur qui est retracé ici, au plus près du terrain.
 
Durant ces dix dernières années, dix-sept d’entre eux ont eu « rendez-vous avec la mort » comme l’écrivait le jeune poète américain Alan Seeger, tué au combat lors d’une charge dans les rangs de la Légion le 4 juillet 1916 dans la Somme. Ils venaient du Népal, de Serbie, d’Afrique du Sud, souvent avec une certaine idée de la France mais surtout attirés par le mythe de cette troupe unique au monde, sa devise – honneur et fidélité – et aussi le « baroud » que célèbre leur chant « La lune est claire. » C’est à eux, à leurs morts, que leurs camarades légionnaires ont voulu rendre hommage en écrivant ce livre.

Extrait

« Soudain le véhicule accélère, les légionnaires ouvrent le feu. Le pick-up criblé d’impacts s’arrête à proximité du portail d’entrée. Le tout jeune conducteur affalé au volant semble mort. Après un instant hors du temps, le silence est déchiré par une déflagration hallucinante ; le sol semble s’élever dans un nuage de poussière épaisse, les jambes des soldats se dérobent, les cœurs et les poumons sont comme comprimés par une main de fer. Des corps se soulèvent, projetés comme des poupées de son avant de retomber sur un sol dur(…) A l’extérieur, le combat fait rage. Les assaillants ont profité du recul du camion benne pour se mettre à l’abri. Djihadistes et légionnaires échangent des tirs à bout portant. Le groupe d’intervention, chargé de se porter en renfort aux endroits où le combat est le plus rude arrive en véhicule blindé. Les djihadistes sont surpris et concentrent leur feu sur le véhicule. Une munition pénètre le blindage et frappe le radio-tireur; il perd beaucoup de sang, il faut impérativement l’évacuer vers le médecin. Le conducteur fait marche arrière et ses camarades se portent à son secours. Les tirs nourris continuent et blessent un autre légionnaire. Un groupe de quatre ou cinq combattants ennemis équipés de gilets-explosifs tentent une percée. Un groupe hétéroclite s’y oppose frontalement et les abattent en tirant au visage pour éviter de faire détoner les charges. Kerd, un immense sergent tchèque s’empare d’une mitrailleuse et commence à saturer l’entrée du camp de tirs violents. Plus aucun assaillant désormais ne parviendra à s’approcher de l’entrée. Il est environ 16 heures. »




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.