ÉPIDERMES, sous la direction
de Sophie-Anne Landry
et Mattia Scarpulla

Nouveautés de la semaine

Éditeurs québécois et franco-canadiens
Pour un retour à la réalité
  • Pour un retour à la réalité
La politique québécoise
  • La politique québécoise
Le petit Chaperon rouge
  • Le petit Chaperon rouge
Le territoire sauvage de l'âme
  • Le territoire sauvage de l'âme
Whitehorse
  • Whitehorse
Éditeurs européens
Un volcan silencieux, la vie
  • Un volcan silencieux, la vie
Figures du communisme
  • Figures du communisme
Un monde à inventer
  • Un monde à inventer
Pas de femmes parfaites, s'il vous plait
  • Pas de femmes parfaites, s'il vous plait
Tout ce que je vous dois
  • Tout ce que je vous dois

Dans les médias

C'est le Québec qui est né dans mon pays !

« C’est vraiment très bien fait. »
Claude Bernatchez – Première heure (RC)
[Entrevue]
 
« Décliner son sujet de recherche de thèse en une BD, c’est le pari que s’est lancé Emanuelle Dufour avec son œuvre baptisée C’est le Québec qui est né dans mon pays. Le but : proposer un " travail de pré-rencontre " pour les Québécois et les Autochtones, et inviter à l’introspection. »
Delphine Jung – Ici Radio-Canada Espaces autochtones
[Entrevue]
 
[Entrevue dans Le Droit]
[Critique à Dessine-moi un dimanche (RC)]

Mister Big
  • Mister Big
  • Desjardins, India
  • Québec Amérique
  • ean : 9782764443255
  • prix : 22,95 $

Dans Mister Big ou la glorification des amours toxiques, un essai qui prend la forme d'une enquête, India Desjardins passe au tamis les séries et films les plus populaires, tels que Love Actually ou bien Sex and the City. Sans vouloir imposer ses propres codes moraux, l'écrivaine soulève les problèmes présents dans certains scénarios qui masquent la violence psychologique et conjugale sous le couvert du romantisme.
[Entrevue à Plus on est de fous, plus on lit (RC)]
 
« Dans cet essai, l’auteure à succès revisite la série Sex and The City et nos comédies romantiques préférées pour analyser la toxicité de comportements relationnels souvent dépeints dans ce genre fictionnel. Un regard critique, mais bienveillant, qui révèle le côté amer de cet univers sucré. »
Emmanuelle Martinez – Clin d’œil
 
« Dans Mister Big ou la glorification des amours toxiques, India Desjardins dépoussière les codes de la comédie romantique. Un essai prenant. »
Natalia Wysocka – Le Devoir
[Entrevue]
 
[Entrevue à Salut Bonjour (TVA)]
[Entrevue à Culture club (RC)]

Hôtel de verre (L')

« Elle a connu un succès planétaire en 2017 avec Station Eleven. Elle est de retour avec L’hôtel de verre (Alto), dans lequel on retrouve avec bonheur la plume efficace et ensorcelante de cette auteure native de la Colombie-Britannique. Suivant plusieurs lignes narratives, ses détours deviennent des boulevards, et ses ruelles, des voies de navigation achalandées où l’on croise de nombreux personnages, tous impossibles à oublier. »
Julie Roy – L’actualité
[Entrevue]

Lapin
  • Lapin
  • Awad, Mona
  • Québec Amérique
  • ean : 9782764443101
  • prix : 26,95 $

« Lapin est un délectable roman fantastique qui met en scène une étudiante en littérature solitaire et en panne d’inspiration d’une université de Nouvelle-Angleterre. […] En résulte un récit initiatique aux effluves gothiques d’une rare originalité sur l’amitié, la création et l’affirmation de soi. » ****
Manon Dumais – Le Devoir

Hot, Cool & Vicious

« Un livre très, très intéressant qui m’a beaucoup plu. »
Calamine
[Discussion à Plus on est de fous, plus on lit (RC)]

Singes bariolés (Les)

« Sans être alarmiste, l’écrivain allie brillamment connaissances générales et fiction afin d’offrir au public une œuvre philosophique et divertissante. »
Léa Harvey – Le Soleil
[Entrevue]

J'attends l'autobus

« Un carnet de bord aux embardées comico-pamphlétaires de sa carrière menée à la fois sur les planches du 819 et du 514. »
Dominic Tardif – Le Devoir
[Entrevue]

Entre solitudes et réjouissances

[Entrevue À échelle humaine (RC)]

Collectionneurs d'images (Les)

« Les collectionneurs d’images de Jóanes Nielsen nous donne à voir sans fard les îles Féroé de la seconde moitié du XXe siècle. La rudesse de la vie sur les îles, la masculinité « toxique » et l’homophobie, l’éternelle domination danoise et les lois de l’exil obligé. La manière dont l’archipel, comme l’ogre des contes, dévore parfois ses propres enfants. »
Christian Desmeules – Le Devoir
[Critique]

Désidérata (La)

« Marie Hélène Poitras surprend encore en nous amenant là où nous ne l’attendions pas, dans une sorte de forêt enchantée et maléfique comme dans les contes… et les comptines du fin fond des âges que les enfants fredonnent depuis des siècles sans toujours en connaître le sens profond et sombre. »
Chantal Guy – La Presse +
[Entrevue]
 
« On piaffait d’impatience en attendant le retour de cette autrice lyrique dont les romans nous accrochent dès les premières lignes. Le texte, difficile à camper dans le temps, tient aussi bien de la fable que du roman gourmand et donne une voix à des femmes trop longtemps demeurées muettes. »
Julie Roy – L’actualité
 
« À l’image d’une forêt enchantée qui prend des airs maléfiques, Marie Hélène Poitras conjugue comptines pour enfants, magie, abondance et désirs dans un monde où les loups ne sont jamais bien loin, toujours tapis dans l’ombre. » ****
Léa Harvey – Le Soleil
[Entrevue]
 
[Entrevue à Plus on est de fous, plus on lit (RC)]

Territoire sauvage de l'âme (Le)

« Tout est magnifiquement raconté, avec poésie et grand sens de l’évocation. Le peuple qu’il a découvert et qu’il dépeint traverse les jours avec humour. Tout le temps. »
Karine Tremblay – La Tribune
[Entrevue]

Sortir du bocal
  • Sortir du bocal
  • Bélanger, David
  • Boréal
  • ean : 9782764626696
  • prix : 25,95 $

« … l’une des meilleures conversations que j’aie pu lire sur la littérature québécoise contemporaine, qu’on soit d’accord ou pas avec certaines de leurs conclusions. […] Sortir du bocal est une lecture accessible qui suscite la réflexion, un livre écrit par des lecteurs de qualité passionnés, et, je le répète, qui se comprend sans qu’on ait besoin d’avoir tout lu des nombreux romans qui y sont convoqués pour les besoins de la discussion. »
Chantal Guy – La Presse +
[Critique]

Pour l'amour des hommes

« Avec optimisme et humour, Liz Plank ouvre le dialogue et offre un guide intelligent, pertinent et très fouillé sur la façon dont il est possible de redéfinir la masculinité. »
Anaïs Chabot – La Semaine
 
[Entrevue à Bonsoir, bonsoir (RC)]

Brève histoire de la Révolution tranquille

« Je me réjouis de la parution de ce livre. »
[Entrevue à Richard Martineau (QUB Radio)]
 
[Entrevue dans ULaval Nouvelles]

Une guerre mondiale contre les femmes

« Dans son nouvel essai, la militante Silvia Federici écrit que les femmes ont toujours été à la merci d’un système basé sur la productivité individuelle. »
Caroline Montpetit – Le Devoir
[Entrevue]

Capitalisme, c'est mauvais pour la santé (Le)

[Critique dans Le Devoir]

AUTRES LIENS

Section jeunesse Brèves